Tom et Philippe
Énergie bioHove

Tom et Philippe

En bref

  • du bio-énergie
  • première installation de biogaz produit en Belgique
  • de l'énergie pour 16 familles
logo-3084

Biolectric est le plus grand producteur européen de digesteurs. L’entreprise de Temse propose aux agriculteurs de transformer le lisier en énergie et de produire de l’engrais naturel. Actuellement, elle dispose de plus de 250 installations en Europe.

On ne devient pas agriculteur, on a ça dans le sang. Dès la naissance même, si l'on en croit notre producteur Tom : "Je pense que j'ai un gène spécial dans mon ADN : "être agriculteur" est ma vocation." Sept jours sur sept, il travaille avec passion dans sa ferme laitière de Hove. Heureusement pour lui, il peut compter sur le soutien d’un robot d'alimentation et de traite pour le soulager de ce lourd travail physique. Afin de compenser sa consommation d'énergie élevée, Tom a décidé de s'associer à Philippe de Biolectric, une entreprise fondée en 2009. Ensemble, ils ont décidé d’installer le premier d'une future longue série de digesteurs de méthane. Pour les deux pionniers, ce fut une époque d’essais et d’erreurs, qui s’est heureusement bien terminée, et dont ils se souviennent avec nostalgie.

Contrairement à de nombreuses exploitations de la région, la ferme de Tom ne lui a pas été transmise de père en fils. "Il y a quelques agriculteurs dans la famille, mais j'ai créé cette ferme laitière en partant de rien. Je savais que je voulais être agriculteur, et après ma licence en agronomie, le moment était venu." Avec sa femme Petra à ses côtés, ils ont réussi à transformer leur ferme en une véritable exploitation agricole, comptant près de 425 têtes. Tom est donc au travail tous les jours, sept jours sur sept. Il commence à travailler vers 7 heures du matin et retourne se coucher chaque soir vers minuit. Il ne part pas en vacances, il n'a pas de temps pour les loisirs. L'éthique de travail de Tom ne connaît aucune limite. "Je ne voudrais pas qu'il en soit autrement, j'aime juste trop ce que je fais", dit-il avec détermination.

Le choix du produit

Dès le début, Tom a voulu faire les choses différemment. Dans l'optique d'un monde plus respectueux de l’environnement, il a cherché des moyens de réduire son empreinte écologique. Par l'intermédiaire d'un ami commun, il est ainsi entré en contact avec Philippe, un ingénieur civil qui, après cinq ans d'expérience professionnelle, s’était décidé à lancer sa propre entreprise. Ce dernier ruminait depuis un certain temps l'idée de travailler autour de l'énergie verte, mais ne trouvait pas le bon produit. "Les panneaux solaires et les éoliennes ne m'intéressaient pas autant, car on est alors dépendant des conditions météorologiques", explique Philippe. "Je cherchais quelque chose qui soit toujours présent." Dans la zone rurale autour de Hove, la solution s'est avérée être (littéralement) sous leur nez : le fumier.

Une histoire qui roule...

"Je voulais lancer une production de biogaz à petite échelle qui pourrait fonctionner uniquement avec du fumier", poursuit Philippe. " Dans la cuve de chaque digesteur, le biogaz est collecté et transformé en énergie renouvelable directement dans le moteur à combustion. Pourquoi miser sur les énergies renouvelables si vous ne pouvez pas en profiter directement?" En 2009, Philippe installait son premier digesteur de biogaz dans l’exploitation de Tom. Aujourd'hui, 12 ans plus tard, Biolectric en est devenu le plus grand producteur mondial.

… malgé quelques problèmes au démarrage

Malgré d’importants investissements initiaux dans leur recherche, Philippe et Tom ont rencontré des défauts techniques dès les premières étapes. "En fait, c’est un peu comme dans le secteur automobile. La première voiture que vous construisez a plus de chances de tomber en panne que de rouler. Mais après un moment, on fabrique des voitures de plus en plus solides et fiables, tout en continuant à s’améliorer, bien sûr. Comment améliorer le rendement, la facilité d'utilisation et la fiabilité ? Nous nous posons ces questions tous les jours chez Biolectric", dit Philippe. Ensemble, ils se souviennent en riant des premiers jours. "Plus d'une fois, j'ai été complètement submergé sous le fumier", dit Philippe en riant. "Toute l'énergie verte que nous produisions était immédiatement consommée pour nos douches... et même une fois de temps en temps pour nous brosser les dents. Mais je vous épargne les détails de cette histoire !"

Un partenariat avec Bolt

Aujourd'hui, l'usine de biogaz de Biolectric fonctionne à plein régime. Le surplus d'énergie produit est disponible chez Bolt. Pourquoi Bolt ? "Vous êtes une équipe ouverte d'esprit qui saisit bien le potentiel durable du monde agricole", déclare Tom. "J'ai aussi déjà lu les autres interviews des agriculteurs du coin." Philippe rejoint Tom. "Cet esprit de start-up pousse Bolt de manière positive. Ils ne sont pas encore coincés dans des procédures et des systèmes rigides."

Dans votre région

Nouvelles sur ce producteur d'énergie

thumbnail - Anneleen van House Raccoon: ‘Bio-energie is voor mij de meest circulaire manier van energie opwekken’
Interview

Anneleen van House Raccoon: ‘Bio-energie is voor mij de meest circulaire manier van energie opwekken’

Anneleen en Nathan gaven hun job als apotheker en consultant op om een eigen decomerk uit de grond te stampen. De fraaie potten, vazen en andere interieurobjecten lijken zo uit de showroom van een of ander Scandinavisch merk te komen, maar zijn wel degelijk met liefde handgemaakt in hun atelier in Antwerpen. Kneden, bouwen, mixen, gieten en zelfs 3D-printen doen ze op groene Bolt-energie. Dit energierijke (heb je ‘m?) koppel inspireert en motiveert om van de wereld een mooiere en groenere plek te maken… Een interview met frontvrouw Anneleen!

Aline
Aline